Source : https://www.flickr.com/photos/alandenney/6314865571/

L’anticapitalisme “cancelled” des programmes scolaires britanniques

88 Shares
88
0
0
0
0
0

Les enseignants sont invités par le ministère de l’Éducation britannique à ne plus utiliser des documents issus d’organisations aux idées politiques “extrêmes”, rapporte The Guardian.

Aux Etats-Unis, l’anticapitalisme fait carton plein chez les jeunes comme l’avaient montré les primaires démocrates. Le succès de Jeremy Corbin chez les travaillistes anglais pouvait donner la même impression, et aurait pu se prolonger sans les gaffes à répétition de son équipe à la tête du parti.

Après en avoir presque fini avec le Brexit, le gouvernement anglais semble avoir décidé d’y mettre bon ordre et de combattre cet esprit anticapitaliste, qui serait un peu trop dans l’air du temps. “Les écoles ne doivent jamais utiliser des ressources produites par des organisations extrémistes comme la volonté d’abolir la démocratie ou le capitalisme“, précise la note publiée par le Ministère de l’éducation rapportée par The Guardian.

L’anticapitalisme, cet extrémisme

“Les écoles ne devraient sous aucune circonstance utiliser des ressources produites par des organisations qui expriment des positions politiques extrêmes. C’est le cas même si le matériel en lui-même n’est pas extrême, précise la note, car son utilisation pourrait légitimer ou soutenir indirectement cette organisation.”

Le document liste les exemples de ce qu’il décrit comme des “positions politiques extrêmes”, comme :

  • “un désir publiquement avéré d’abolir la démocratie, le capitalisme, ou de mettre fin à des élections libres et équitables
  • l’utilisation d’un langage raciste, notamment antisémite
  • l’opposition à la liberté d’expression
  • l’approbation ou le refus de condamner les actions illégales commises en soutien à une cause.”

C’est précisément le classement de l’anticapitalisme comme “une position politique extrême” au côté de l’opposition à la liberté d’expression, de l’antisémisme ou de l’approbation d’activités illégales, qui a fait débat au Royaume-Uni.

“Guerre culturelle”

“Sur cette base il va devenir illégal d’enseigner de grands morceaux de l’histoire britannique, toute l’histoire du parti travailliste et des syndicats, qui ont tous à un moment donné défendu l’abolition du capitalisme”, a réagi l’ancien Chancelier de l’Échiquier du cabinet fantôme travailliste, Jonh McDonnel. Selon lui, elle démontre l’autoritarisme grandissant au sein du parti conservateur au pouvoir.

“C’est une nouvelle étape de la guerre culturelle, a-t-il déclaré, et cette montée vers un autoritarisme extrême du Parti conservateur devrait inquiéter quiconque croit que la démocratie requiert la liberté d’expression ainsi qu’une population éduquée.”

On peut, en effet, se demander si se targuer de défendre la démocratie en lui rabotant sa liberté d’expression n’est pas contradictoire (la réponse est dans la question). Reste à savoir si ces annonces seront suivies de mesures concrètes de contrôle et de sanctions dans les écoles. On pourra alors légitimement se demander si un Etat qui censure ses professeurs est toujours une démocratie…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *